D Les équipements et les services à la population
1 Les équipements et services tout public
1.1. Commerces et services
1.2. Equipements et services de santé
1.3. Equipements sportifs et culturels

2 Les intervenants éducatifs et sociaux
2.1. La scolarité
2.2. Petite enfance
2.3. Enfance Jeunesse Loisirs
2.4. Mineurs en difficultés
2.5. Personnes âgées

2.5.1. Les structures d'hébergement

20 structures d'accueil, de tailles très inégales :

— 17 maisons de retraite (698 lits), dont 4 maisons de retraite publiques ou habilitées à recevoir des personnes bénéficiant de l'aide sociale départementale (408 lits, soit 60 % des places en maisons de retraite) :

- maison de retraite Château Saugeron (Blaye),
- maison de retraite du centre hospitalier (Blaye),
- maison de retraite Saint Lazare(1) (Bourg),
- maison de retraite La Tour de Pin (St André de Cubzac).

NB : ces 4 maisons de retraite sont également médicalisées.


— 3 résidences pour personnes âgées (130 lits) :

- Blaye,
- Braud St Louis,
- Pugnac.


Soit 828 places actuellement en Haute-Gironde (137 places pour 1.000 habitants de 75 ans et plus), un niveau d'équipement proche de la moyenne nationale (146 ‰) et de l'Aquitaine (134 ‰).

S'ajoutent à ces structures d'accueil une vingtaine de familles d'accueil, pour une capacité d'accueil de 50 places.

On notera que seulement 5 structures d'accueil situées sur les chefs-lieux de Blaye, St André de Cubzac et St Ciers offrent une capacité supérieure à 60 lits. D'autres structures d'accueil, à très faible capacité parfois, sont réparties sur le territoire.


2.5.2. Les structures de maintien à domicile

Un service d'aide-ménagères à domicile par canton

Chaque canton dispose de services d'aide-ménagère à domicile, dont les modalités de gestion sont variables :

Blaye : CCB, SIVOM du Pays Blayais,
Bourg : CIAS,
St André de Cubzac : CDC,
St Savin : association AMAD,
St Ciers : CDC.

On signalera également l'intervention sur le territoire de l'AEM (association d'entraide multiple) située à Mirambeau.

Exemples :

Blaye : CCB,
St Ciers (1 géré par la CDC, 2 à gestion communale : communes de St Ciers sur Gironde et de Braud St Louis),
St André de Cubzac.


Des dispositifs d'emplois de services

Exemples :

St Ciers (CDC).

On observera la tendance à privilégier un développement de l'offre de service à l'échelle cantonale et une absence de mutualisation des moyens, qui peut être associée à la préoccupation des structures communales et intercommunales de privilégier l'offre de proximité.

• Un service de soins à domicile pour les 5 cantons

L'ASAD (association de soins à domicile) implantée à St Savin offre un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD). Son territoire d'intervention est celui du Pays, coïncidant avec l'un des 9 secteurs gérontologiques définis par la DSG.

Elle offre 69 places(1), soit 11 places pour 1.000 habitants de 75 ans et plus : moins que le taux d'équipement moyen en France (15,21 places), mais plus qu'en Gironde (8,47 places)(2).

Le SSIAD répond actuellement à environ 1/3 de la demande locale de soins à domicile et est amenée à "sélectionner" les candidatures sur différents critères :

— répartition des prises en charge sur les 5 cantons,
— degré d'isolement ou d'épuisement de la famille,
— importance des soins et surcoût de la prise en charge, celle-ci pouvant être un motif de rejet de la demande.


• Un pôle ressource d'action gérontologique (PRAG)

Service développé par l'ASAD, le PRAG poursuit différentes missions(3) :

l'accompagnement des personnes qui en font la demande dans un choix d'un mode de prise en charge :

- accueil téléphonique délivrant des informations sur :

. les aides financières existantes,
. les services intervenant à domicile,
. les places disponibles au sein des structures d'accueil et d'hébergement.

- évaluation à domicile réalisée en partenariat avec le centre hospitalier par des professionnels (assistantes sociales, ergothérapeutes, …) et conseil sur les possibilités de maintien à domicile.

On observe une montée en charge progressive de cette activité qui semble encore mal connue du public, mais bien identifiée par les professionnels qui s'en font le relais.

Les principaux bénéfices évalués par le PRAG de cette mission d'information porte sur la possibilité offerte aux personnes concernées de découvrir l'existence de nouveaux services et d'envisager d'autres solutions.

Les demandes d'évaluation coïncident globalement avec l'entrée des personnes concernées dans la dépendance physique, soit un recours au PRAG qui traduit plus des attentes de prise en charge de la dépendance qu'une démarche d'anticipation et de prévention(4).


l'animation d'un réseau gérontologique en vue de mieux cerner les besoins, de mutualiser les compétences, de travailler à l'élaboration d'outils communs, de coordonner les réflexions, …

la coordination d'une équipe de bénévoles (formés par l'association Alliance) intervenant à domicile afin de soulager la famille et/ou de rompre l'isolement des personnes âgées.

Un dispositif jusqu'alors peu utilisé (6 personnes visitées en 2000) malgré les nombreux besoins recensés par les professionnels, compte tenu notamment du manque de légitimité professionnelle associée au statut de bénévole et de la méfiance que peut inspirer ce statut.


Le PRAG a également développé le projet d'une chaîne coordonnée d'accueils de jour sur le territoire de la Haute-Gironde destinée à accueillir en journée des personnes âgées ou handicapées au sein de petites unités intégrées dans les structures d'hébergement existant sur le territoire (maisons de retraite et CAT), projet ajourné pour le moment.


2.5.3. Transadapt

Présent sur chaque canton, le service de transport Transadapt facilite la mobilité des personnes âgées et/ou à mobilité réduite.

Géré et en partie financé par les Communautés de Communes, le service proposé peut varier notamment quant aux :

— conditions tarifaires,
— modalités de fonctionnement (ex : circuit prédéfini ou à la demande),
— degré d'autonomie.

Sur le nord du territoire, ce service constituerait en effet un palliatif au déficit de transports en commun grâce à des conditions d'accès peu exigeantes définies par les Communautés de Communes.


2.5.4. Les clubs du 3e âge

Les clubs du 3e âge, nombreux sur le territoire (dans quasiment toutes les communes), constituent un tissu associatif des plus dynamiques et la base d'un réseau relativement favorable au maintien des rapports sociaux chez les personnes âgées valides.

Ces espaces d'échanges et de rencontres seraient en revanche moins attractifs pour les jeunes retraités qui ne trouveraient guère d'offre adaptée sur le territoire.

2.6. Personnes handicapées
2.7. Pauvreté Précarité
2.8. Insertion et accès à l'emploi
2.9. Accès aux soins et à la santé